Transition Énergétique États-Unis: 23% d’EnR Fin 2020

par | 18 Fév 2021 | Politique Énergétique

  La transition énergétique aux États-Unis est en bonne voie ainsi que le prouve les mesures de la production d’électricité en novembre 2020. En ce…
Transition énergétique États-Unis

 

La transition énergétique aux États-Unis est en bonne voie ainsi que le prouve les mesures de la production d’électricité en novembre 2020. En ce mois, 23% de la production électrique était effectivement issue de source d’énergies renouvelables. Ce pourcentage est en croissance nette par rapport aux années précédentes. Dans le même temps, les secteurs traditionnels et polluants de l’économie américaine (charbon, gaz naturel, exploration pétrolière) survivent et exportent. 


 

La transition énergétique des États-Unis sur la bonne voie

 

23,2% de l’électricité américaine produite à partir d’énergies renouvelables

La transition énergétique aux États-Unis peut compter sur le dynamisme de son économie des énergies renouvelables. Ainsi,  ces énergies sont passées de 17,2 % du mix électrique américain en 2018, à 23,2 % en 2020. En somme, les énergies renouvelables représentaient pratiquement un quart de la production électrique du pays fin 2020.

À lire sur energynews.fr : Plan Biden pour l’Energie: l’épineuse question des Réseaux Electriques

 

L’accroissement de l’éolien et du solaire, le déclin du charbon

Il est possible de séparer les deux contributeurs principaux de ce pourcentage : l’éolien et le solaire. L’énergie éolienne est ainsi passée de 6,8 % à 11,1 % au cours des deux dernières années. Tandis que l’énergie solaire est passée de 1,7 % à 2,8 %. Aussi, il est possible de constater un certain déclin du charbon passant de 28,6 % en novembre 2018 à 20,1 % en 2020.

 

Une croissance maintenue des énergies renouvelables sur ces dernières années

 

Augmentation constante entre 2018 et 2020 dans le mix électrique

De plus, ces évolutions sont constantes et ne sont pas le fruit d’effet de mode ou de circonstances. En effet, si on compare les années 2018, 2019 et 2020, la part d’énergie renouvelable dans l’électricité américaine croît de façon constante. Elle passe ainsi de 17,5 % à 18,4 % à 20,6 %.

A contrario, le charbon est passé de 27,1 % à 23,3 % à 18,7 %. On voit ainsi que ces évolutions sont importantes et structurelles. En l’espace de seulement trois ans, le paysage énergétique américain s’est vu largement modifié.

 

À lire sur energynews.fr : Marché de l’Éolien Offshore: Se Former à l’Américaine

 

La part des énergies renouvelables rattrape celle du nucléaire

Cette transition énergétique progresse, et on observe que la part d’énergie renouvelable dans l’électricité américaine atteint la part relative au nucléaire. Celle-ci évolue peu et reste cantonnée en dessous des 20% de la production électrique américaine.

Également, le cas du gaz naturel est à prendre en compte. En effet, la part de celui-ci dans l’électricité américaine augmente tous les ans depuis 2018, pour atteindre environ 40 % en 2020. Néanmoins, si le gaz naturel est plus propre que le charbon ou le pétrole, il n’en demeure pas moins une énergie fossile qui, à terme, finira s’épuiser.

 

La transition énergétique des États-Unis confrontées aux secteurs économiques traditionnels

 

La transition énergétique aux États-Unis permet aujourd’hui aux investisseurs de se diversifier. De plus en plus investissent ainsi dans les énergies renouvelables. En conséquence, 80% environ des nouvelles capacités de production d’électricité proviennent du solaire et de l’éolien. Cela témoigne des ambitions de transition énergétique affichées par la plupart des acteurs du marché américain.

Mais bien que des investissements dans les énergies renouvelables soient réalisés, cela ne signifie pas que la transition énergétique est déjà réalisée. Pire encore, les secteurs économiques très polluants (charbon, gaz, exploration pétrolière) sont aussi les secteurs clés de l’économie américaine. De fait, certains acteurs majeurs de ces secteurs ne semblent pas prêt à engager une transition énergétique aussi rapide qu’espérée.

Il faudra donc du temps pour achever la transition énergétique d’un pays au système électrique aussi complexe et dans lequel la consommation énergétique par habitant est la plus importante au monde.