Total renforce son partenariat avec Adani Group

par | 24 Jan 2021 | Énergie Solaire, Stratégie entreprise

Total accroit son influence sur le marché indien du renouvelable en acquérant 20% du capital d’Adani Green Energy Limited (AGEL). Cette acquisition est une nouvelle étape pour son implantation en Inde, après son entrée au capital d’Adani Gaz Limited.


Ainsi, depuis 2018, Total coopère avec le conglomérat indien du secteur des énergies Adani Group. Les deux entreprises aspirent à jouer un rôle central dans la transition énergétique de l’Inde, mais aussi au niveau mondial.

 

Total et AGEL : un partenariat gagnant-gagnant

 

L’Inde, un marché profitable pour Total

Total a trouvé en Inde un marché profitable pour implanter ses activités, notamment dans le renouvelable. Présent depuis les années 1990, Total exploite quatre centrales solaires en Inde employant plus de 800 employés. L’obtention de 20% de parts dans AGEL est une aubaine pour ses objectifs de neutralité carbone d’ici 2050.

À lire sur energynews.fr : Le plus grand parc solaire au Monde validé

Selon, Patrick Pouyanné, PDG de Total, l’Inde est « le pays privilégié pour mettre en œuvre notre stratégie de transition énergétique. » L’entreprise ambitionne alors de devenir « le major de l’énergie responsable ».

 

« Nous sommes ravis d’approfondir notre alliance stratégique avec Total »

De son côté, depuis sa constitution en 2015, AGEL détient le plus grand site solaire du monde situé à Kamuthi dans l’Etat du Tamil Nadu. L’entreprise souhaite atteindre, pour 2025, une capacité électrique de 25GW grâce aux renouvelables. Gautam Adani, Président-fondateur d’Adani Group, n’a pas caché son enthousiasme déclarant :

« Nous sommes ravis d’approfondir notre alliance stratégique avec Total ».

Adani Group joue un rôle central pour le rayonnement mondial de l’Inde. Mieux, après les succès du groupe dans le charbon, son Président-fondateur ambitionne de devenir le numéro 1 mondial des énergies renouvelables d’ici 2030.

 

Total, une entreprise idéale pour le renouvelable indien

 

L’Inde objective 450GW d’ici 2030

Trouver des investisseurs étrangers est primordial. En ce sens, Total, reconnue pour son expertise, est une entreprise idéale pour le renouvelable indien.

Bien trop dépendant du charbon et du gaz, le pays a besoin de diversifier ses sources d’approvisionnement énergétique. En effet, l’Inde aspire à développer plus largement les énergies renouvelables, avec un objectif fixé à 450GW d’ici 2030. C’est un enjeu complexe pour un pays émergent, car concilier développement économique et protection de l’environnement n’est pas aisé.

 

Un engagement marqué de l’Inde lors de la COP21

Lors de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques (COP21), le Premier Ministre indien Narendra Modi s’est montré particulièrement engagé. Il a initié, avec la France, le projet International Solar Alliance pour promouvoir l’énergie solaire au niveau mondial. A l’heure actuelle, 121 pays en font partis, le siège social se situant en Inde.

Dans le même esprit, tout récemment, le chef d’Etat indien s’est rendu à l’inauguration d’un futur parc d’énergies renouvelables hybrides déclarant que ce sera « le plus grand du monde ». D’une capacité de 30GW, ce dernier se situera dans l’Etat de Gujarat.

 

Total vise 35GW de renouvelable avant 2025

Selon les prédictions du scénario « Développement Durable » (SDS) de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA), l’électricité est l’énergie du XXIème siècle. De fait, plus de 30% d’énergies renouvelables sont prévues et/ou attendues dans le mix énergétique mondial en 2040.

Le géant français ambitionne donc d’augmenter la part d’énergies renouvelables dans son portefeuille énergétique, visant 35GW avant 2025. Il s’appuie pour cela sur différentes filiales telles que Total Solar, Total Eren, Total Quadran, mais encore SunPower. En plus du solaire et du gaz naturel, Total s’intéresse également aux bioénergies (biomasse) ainsi qu’à l’hydroélectricité.

Ainsi, Total souhaite prendre part aux développements de la réflexion et de l’action sur notre modèle énergétique pour le XXIème siècle.