TerraPower et Bechtel collaborent pour le réacteur Natrium

par | 22 Oct 2020 | Énergie Nucléaire

TerraPower a désigné Bechtel comme son partenaire en matière de conception, d’autorisation, d’approvisionnement et de construction de centrales dans le cadre d’une demande de subvention…

TerraPower a désigné Bechtel comme son partenaire en matière de conception, d’autorisation, d’approvisionnement et de construction de centrales dans le cadre d’une demande de subvention fédérale. Celle-ci permettra la construction d’une centrale de démonstration pour le réacteur NatriumMC et l’architecture du système énergétique.


Bechtel, leader de l’industrie de l’ingénierie et de la construction de centrales nucléaires depuis les années 1950, se joint à une équipe qui comprend également GE Hitachi Nuclear Energy, PacifiCorp, Energy Northwest et Duke Energy. L’équipe recevra un financement de près de 70 millions d’euros (80 millions de dollars) dans le cadre du Programme de démonstration des réacteurs avancés, avec l’objectif de construire une centrale opérationnelle dans cinq à sept ans.

 

Un système révolutionnaire et moins couteux

La centrale serait basée sur le système NatriumMC. Le système Natrium est doté d’un réacteur rapide au sodium de pointe et compétitif financièrement. Il possède également un système novateur de stockage de l’énergie des sels fondus basé sur ceux utilisés dans la production d’énergie thermique solaire. La conception est abordable et capable de s’adapter aux changements de la demande quotidienne d’électricité entraînée par les fluctuations de l’énergie solaire et éolienne, a déclaré Terrapower. La technologie Natrium sépare également les installations et les systèmes nucléaires et non nucléaires dans l’empreinte de la centrale, ce qui simplifie le processus d’autorisation et réduit les coûts de construction.

« Natrium répond à la vision de l’industrie de ce que devrait être un véritable réacteur de pointe – plus sûr, plus simple, plus facile et moins coûteux à construire, moins coûteux à exploiter et capable de fournir de l’énergie concurrentielle avec les combustibles fossiles et complémentaire à l’énergie solaire et éolienne (…) » a déclaré Barbara Rusinko, présidente de l’unité commerciale mondiale Nuclear, Security & Environmental de Bechtel.

Elle rajoute également « Il façonnera l’industrie pour les décennies à venir et créera l’occasion de faire un bond en avant dans la conception, l’ingénierie et la construction de centrales novatrices – toutes visant à rendre le nucléaire de pointe compétitif en termes de coûts et complémentaire à l’énergie éolienne et solaire. C’est exactement l’innovation que nous espérons apporter à l’équipe de Natrium. »

 

 

Le système Natrium permet d’égaliser les pics et les creux de production par manque d’ensoleillement  ou par vent faible, et ce, à un prix abordable grâce à une technologie éprouvée.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la proposition menée par TerraPower pour le programme de démonstration de réacteurs avancés du ministère américain de l’Énergie, celui-ci vise à soutenir le déploiement de deux premières conceptions de réacteurs avancés au cours des cinq à sept prochaines années.

À lire sur Energynews.fr  Orano acquiert les Activités Nucléaires de Daher

Les responsables du DEE « essayaient de faire quelque chose de nouveau et de faire avancer la technologie, mais aussi de respecter ce délai de sept ans », déclare Ashley Finan, ingénieur nucléaire et directrice du National Reactor Innovation Center du Laboratoire national de l’Idaho, qui n’a pas participé au choix.

Chaque projet reçoit 70 millions d’euros cette année et pourrait recevoir un financement total de 300 à 3 milliards d’euros au cours des cinq à sept prochaines années.

Les deux modèles retenus s’écartent fondamentalement d’un réacteur traditionnel. Dans le cœur d’un réacteur nucléaire, des atomes de combustible d’uranium se divisent en réaction en chaîne, libérant de l’énergie et des neutrons en vol libre, qui divisent ensuite d’autres atomes d’uranium. Dans un réacteur de puissance classique, l’énergie chauffe de l’eau de « refroidissement » hautement pressurisée qui circule dans le cœur. Toujours sous pression, l’eau de refroidissement s’écoule vers un générateur de vapeur externe, où elle fait bouillir l’eau dans un circuit séparé, produisant de la vapeur qui pousse les turbines à produire de l’électricité.

 

NatriumMC. -1d313059

 

En d’autres termes …

Au lieu de l’eau, le réacteur Natrium de 345 mégawatts de TerraPower, Inc. et GE Hitachi utiliseraient du sodium en fusion comme réfrigérant. Comme le sodium a une température d’ébullition beaucoup plus élevée que l’eau, le liquide de refroidissement n’aurait pas à être pressurisé, ce qui réduirait la complexité et le coût de l’usine. Le sodium transférerait sa chaleur au sel fondu, qui pourrait alors s’écouler directement à un générateur de vapeur ou à un réservoir de stockage, pour être retenu plus tard pour produire de la vapeur et de l’électricité. Contrairement à une centrale nucléaire classique, la centrale de Natrium pourrait rapidement augmenter ou diminuer sa puissance totale, même si son réacteur continue de fonctionner de façon constante et efficace. Cela pourrait compléter les sources renouvelables comme l’énergie éolienne et solaire, qui produisent des niveaux d’énergie fluctuants qui devant être régulés.