Tensions Iran – États-Unis: soupçons de pétrole dissimulé

par | 9 Fév 2021 | Diplomatie Énergétique, Énergies Fossiles, Pétrole

  Les tensions Iran – États-Unis s’intensifient depuis l’affaire des soupçons de pétrole iranien dissimulé dans un cargo libérien. En effet, les américains ont réaffirmé leur…
Tensions Iran - Etats-Unis

 

Les tensions Iran – États-Unis s’intensifient depuis l’affaire des soupçons de pétrole iranien dissimulé dans un cargo libérien. En effet, les américains ont réaffirmé leur volonté de saisir 2 millions de barils iraniens. Ils invoquent les lois anti-terrorismes du pays pour justifier l’arrimage du cargo transportant ce pétrole. Cette affaire intervient dans un climat d’incertitude quant à l’avenir des relations entre les États-Unis et l’Iran.


 

Des tensions Iran – États-Unis suite à une crainte de pétrole dissimulé

 

Du pétrole dissimulé sur le cargo libérien

Les tensions Iran – États-Unis repartent de plus belle depuis que ce mardi 2 février le ministère de la Justice américain a déposé une plainte afin de faire saisir la cargaison de l’Achilleas. Le supertanker battant pavillon libérien serait actuellement en route vers les États-Unis. Son propriétaire, Capital Ship Management Corp., avait alerté les autorités américaines sur la possibilité qu’il ait transporté sans le savoir du pétrole iranien.

L’origine des deux millions de barils aurait été dissimulée grâce à des transferts de navire à navire et des documents falsifiés. Les autorités iraniennes n’ont jusqu’à maintenant pas commenté l’affaire.

 

À lire sur energynews.fr : TurkStream 2 : le nouveau Nord Stream 2 ?

 

Quatre tankers en provenance d’Iran déjà saisis en 2020 par les États-Unis

Les États-Unis avaient déjà saisi quatre tankers contenant du pétrole provenant d’Iran en 2020. Le ministre iranien du pétrole avait alors déclaré que ni les navires ni la cargaison n’appartenaient à l’Iran. Selon lui, le pétrole saisie avait été vendu FOB (franco à bord) au Venezuela. Cela signifie que l’Iran avait reçu le paiement de la cargaison.

 

Les iraniens accusés de terrorisme

 

L’utilisation de l’extraterritorialité des lois antiterroristes américaines

Les États-Unis invoquent leurs lois antiterroristes pour justifier des saisies de cargos étrangers. Ces lois extra-territoriales permettent au pays de poursuivre toute personne ayant des relations économiques avec des personnes considérées comme terroristes.

Or, les Gardiens de la révolution et les force Al-Qods iraniennes sont justement considérées comme des organisations terroristes. Ces deux organisations, proche du régime de Téhéran, seraient les expéditeurs du pétrole.

 

À lire sur energynews.fr : Nord Stream 2 sanctions: Comprendre l’Administration Américaine

 

Incertitudes sur les relations futures

Ces tensions Iran – États-Unis interviennent au moment où il est difficile de dire quelles seront les relations des deux pays dans les années à venir. Selon des sources proches du dossier, le navire aurait reçu l’ordre de se rendre aux États-Unis avant l’investiture de Joe Biden. Pour autant, personne ne sait encore si le nouveau président saura se démarquer de l’héritage de Donald Trump.

 

Renégocier les termes de l’Accord sur le nucléaire iranien

 

Les iraniens espèrent le retour des américains dans l’accord

Les iraniens espéraient que Joe Biden fasse rapidement retourner les États-Unis dans l’Accord sur le nucléaire iranien. Cette accord prévoyait l’abandon du programme nucléaire militaire de l’Iran contre l’abaissement des sanctions imposées à l’Iran. Il était l’un des succès diplomatique de la présidence Obama mais avait été dénoncé par Donald Trump en 2018.

Washington avait alors resserré les sanctions contre l’Iran. Cette stratégie visait à bloquer ses ventes de pétrole ainsi qu’à mettre à terme à ce que les États-Unis considéraient comme son ingérence dans d’autres pays du Moyen-Orient. Elle a également entraîné une forte augmentation de l’inflation, du chômage et de la pauvreté.

 

À lire sur energynews.fr : Nucléaire iranien: Joe Biden à la relance

 

Joe Biden entre Trump et Obama : un retour renégocié

Joe Biden a certes affirmé sa volonté de retourner dans l’accord de 2015 sur le nucléaire iranienne. Cette volonté de rupture avec la présidence de Donald Trump ne saurait pour autant être un retour pur et simple aux années Obama. Cela risquerait d’affaiblir le leadership de Biden auprès de l’électorat américain.

De plus, un changement radical de politique extérieur à chaque mandature risquerait de discréditer la diplomatie américaine. L’administration Biden a ainsi décidé que le retour des États-Unis dans l’accord de 2015 devrait passer par une renégociation. Les premières positions de Joe Biden sur l’Iran s’inscriraient donc plus dans les pas de Donald Trump que dans ceux de Barack Obama.

 

Utiliser la dépendance iranienne à l’export pour négocier

 

Les exportations pétrolières iraniennes divisées par 2,5 entre 2018 et 2020

Les revenus iraniens tirés de ses exportations du pétrole financent toutes les autres activités du pays. Ils apportent les devises étrangères dont le pays à besoin pour acheter des produits étrangers. Or ils ont été divisées par 2,5 entre 2018 et 2020. Le pays se retrouve donc dans une situation de vulnérabilité extrême. Cette situation est renforcée par les besoins d’achats de matériel médicale étranger dus à l’épidémie de la Covid-19.

Joe Biden pourrait donc vouloir continuer à tirer sur la corde sensible de l’Iran pour obtenir des concessions dans le cadre des négociations sur le nucléaire iranien. Mais jouer plus longtemps avec les nerfs de l’Iran pourrait pourtant s’avérer être un pari risqué.

 

À lire sur energynews.fr : Marché du pétrole: entre Covid-19, OPEP+ et EnR en 2021

 

35% des flux maritimes d’hydrocarbures passent au large des côtes iraniennes

La population iranienne est donc frappée de plein fouet par la crise de la Covid-19 et subit une économie exsangue. le mécontentement grandit dans une grande partie d’entre elle. Or les pratiques des américains semblent aussi avoir renfoncé le soutien d’une autre partie de la population au régime islamique.

La conversion de ces tensions internes en crise violente aurait des conséquences catastrophiques sur l’approvisionnement mondial en énergie. 35% des flux maritimes d’hydrocarbures passent pas le détroit d’Ormuz, au large des côtes iraniennes.