Shell et JTC développent le Parc Solaire de Semakau

par | 21 Juin 2021 | Énergie Solaire

Shell et JTC travaillent sur le développement d’une ferme solaire à Semakau. L’objectif : répondre aux besoins croissants de Singapour.

Shell

Shell et JTC travaillent sur le développement d’une ferme solaire à Semakau. L’objectif : répondre aux besoins croissants de Singapour en énergie propre.


 

Shell et JTC développent une ferme solaire à Semakau

Shell et JTC ont signé un protocole d’accord non contraignant, soutenu par l’Agence nationale pour l’environnement et l’EMA. Ce dernier leur permettra d’étudier le développement d’une ferme solaire, située sur la décharge de Semakau, au sud de Singapour. Cette installation réduira les émissions carbone du pays et répondra à ses besoins croissants en énergie propre.

Le parc solaire sera le premier projet solaire à grande échelle de Singapour. Il s’inscrit dans l’objectif du pays de porter le déploiement de l’énergie solaire à au moins 2 GWp d’ici 2030.

 

Une capacité de 72 MWp

Le parc solaire de Semakau occupera une superficie de 60 ha. Sa capacité sera d’au moins 72 MWp, soit suffisante pour réduire les émissions de CO2 de 37 000 tonnes par an. L’énergie produite pourra alimenter jusqu’à 17 500 foyers pendant un an.

 

Exploiter les terrains disponibles pour développer la production solaire

Le projet solaire de Semakau s’inscrit dans une stratégie de développement du solaire par l’optimisation de terrains déjà existants. Tan Boon Khai, PDG de JTC, a notamment déclaré:

« Ce projet est un exemple de la manière dont nous exploitons les terrains disponibles pour doubler la production solaire. Mais aussi afin de maximiser la production d’énergie renouvelable. Cette étroite collaboration s’inscrit dans le cadre de notre initiative SolarLand, qui vise à optimiser les terrains disponibles pour la production d’énergie solaire. Le but : soutenir le passage à l’énergie propre de Singapour. »

Le parc de Semakau réduira donc les émissions carbone du pays, tout en répondant à ses besoins en énergie propre. Qui plus est, il s’inscrit dans le plan décennal de Shell qui souhaite réduire ses émissions de CO2.