Recyclage d’Éolienne: Vestas et ses Turbines Zéro Déchets

par | 18 Mai 2021 | Clean Technology, Énergie Éolienne

Le recyclage d’éolienne est en plein développement. Vestas vient en ce sens d’annoncer que toutes ses turbines seront bientôt recyclables à 100%. En ce sens, Vestas est le 1er fabricant de turbines à s’engager dans des éoliennes zéro déchet grâce à sa technologie CETEC.


 

Le recyclage d’éolienne : 43 millions de tonnes de déchets de pâles en 2050

Le recyclage d’éolienne devient inévitable tant ces structures sont à la fois volumineuses et polluantes. Leur cycle de vie n’est en plus que de 15-20 ans, des chiffres tout de même en progression ces dernières années. Seulement, le problème est que ces turbines sont souvent jetées ou gaspillées une fois que les équipements plus modernes sont installés.

Une thématique qui a rapidement alerté les défenseurs de l’environnement et de la transition énergétique. En 2050, les déchets générés par les pales de turbine sont estimés à 43 millions de tonnes. D’autant que le marché de l’éolien devrait prendre de l’ampleur, avec une croissance annoncée de 3% par an.

En France, la problématique est encore loin de préoccuper un secteur pourtant bien développé dans le pays. Le recyclage des éoliennes n’y sera obligatoire qu’en 2023, et plus de 1500 devront être démontées d’ici 2026. Pourtant, des acteurs comme Suez tentent déjà de faire réagir les opérateurs du marché en préparant cette transition inévitable.

 

La technologie CETEC pour recycler les pales des turbines

Et pour favoriser ce recyclage éolien, Vestas est le premier fabricant de turbines à s’engager dans des éoliennes zéro déchet. Pour cela, une nouvelle initiative intitulée CETEC (Économie circulaire pour les composites époxy thermodurcissables) a été mise en place. Elle consiste en un désassemblage des composites pour en faire des matériaux réutilisables pour les nouvelles éoliennes.

 

recyclage d'éolienne

 

La technologie devra être pleinement opérationnelle et proposer une solution efficace adaptée à l’industrie d’ici 3 ans. Elle utilisera pour cela des technologies de recyclage déjà existantes, en plus d’en développer de nouvelles, notamment pour les époxys. Tout cela doit mener à terme à une chaîne de valeur ne générant aucun déchet pour les éoliennes.

 

Le recyclage éolien est déjà possible à 85%

Cette nouveauté pour le recyclage éolien permettra de recycler les installations trop vieilles ou obsolètes à 100%. À l’heure actuelle, elles sont recyclables à 85-90%, le matériau des pales de turbine constituant le pourcentage restant. Le CETEC doit donc combler cette lacune de recyclage et permettre une avancée significative dans l’élimination des déchets de l’industrie.

Allan Korsgaard Poulsen, responsable du développement durable chez Vestas, confirme cette idée :

« Avec des engagements mondiaux pour un futur à zéro émissions, il est absolument essentiel de garantir que l’industrie éolienne puisse évoluer de manière durable, ce qui inclut que Vestas réalise notre ambition de produire des turbines zéro déchet d’ici 2040 ».

 

Vestas, le géant danois qui veut être plus propre

Cette initiative s’inscrit dans le cadre durable et engagé dans la transition écologique que souhaite transmettre Vestas. Le groupe, de son nom complet Vestas Wind Systems A/S, est un fabricant d’éoliennes réputé et inscrit en bourse. Il est présent dans plus de 20 pays et emploie 16.000 personnes à travers le monde.

En janvier dernier, Vestas a annoncé une nouvelle stratégie intitulée « La durabilité dans tout ce que nous faisons ». Lié au développement durable, ce plan objective ainsi de produire des éoliennes zéro déchet pour 2040. En attendant, l’entreprise a fixé plusieurs objectifs intermédiaires d’augmentation du taux de recyclabilité des moyeux et des pales. De 44% aujourd’hui, il devra passer à 50% d’ici 2025, et à 55% d’ici 2030.

 

Une technologie intrigante et utile pour d’autres secteurs

Mais concrètement, quelle différence apporte la technologie CETEC pour le recyclage éolien ? Actuellement, les turbines sont fabriquées en chauffant un mélange de fibres de verre ou de carbone et de résine époxy. La combinaison des éléments donne un matériau composite à la fois léger et solide, mais peu adapté au recyclage.

Pour réutiliser les matériaux, ceux-ci doivent être séparés, mais la résine époxy collante rend cette séparation plus difficile. Avec CETEC, le verre ou la fibre de carbone est d’abord séparé de la résine. Puis, les produits chimiques séparent la résine pour qu’elle redevienne un matériau de base pour de nouvelles lames.

Des nouvelles techniques qui, si elles sont bien mises en place et utilisées dans l’industrie éolienne, pourraient faire des émules. En effet, les rapports confirment que l’initiative pourrait servir dans d’autres secteurs dépendants des composites thermodurcissables. Cela concerne notamment des branches comme l’automobile ou encore l’aviation.

 

Une collaboration américano-danoise

Enfin, l’initiative de Vestas est le fruit de la réflexion de tout un pays : le Danemark. La technologie CETEC se développe en partenariat avec l’institut technologique danois, ainsi que l’Université d’Aarhus. Le producteur américain de produits chimiques Olin fait également partie du projet.

Le projet est donc prometteur et annonce la fin de la pollution dans le secteur éolien. Ambitieuse, l’entreprise Vestas souhaite devenir le porte-parole du recyclage éolien à 100%. Les pales des turbines, souvent retrouvées dans des décharges, constituent un gros point noir de l’industrie. La technologie CETEC constituera un premier pas vers un secteur énergétique toujours plus vert et responsable.