Québec: le Gouvernement stoppe le Projet Saguenay

par | 23 Juil 2021 | Énergies Fossiles, Gaz Naturel, Politique Énergétique

Le Québec arrête le projet Énergie Saguenay de GNL Québec faute de garanties environnementales suffisantes pour le gouvernement.

québec

Le Québec a décidé de ne pas autoriser la réalisation du projet Énergie Saguenay de GNL Québec


 

Le Québec Un projet de liquéfaction de gaz naturel compromis

La décision du gouvernement québécois vient mettre un terme au projet de Saguenay-Lac-Saint-Jean Énergie Saguenay. Ce plan avait pour but la construction d’un complexe de liquéfaction de gaz naturel.

GNL Québec, en charge du projet, n’a pas pu démontrer qu’il respectait les exigences posées par le gouvernement. Le complexe devait en effet avoir des effets positifs en faveur de la transition énergétique. Il devait également permettre la réduction nette des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Le ministre de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques de la région n’a donc pas autorisé le projet. Il s’est pour cela appuyé sur des analyses produites par ses services. Il a également obtenu les résultats d’une étude du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Toutes deux allaient dans le sens de l’abandon du projet.

 

Des impacts potentiellement néfastes sur l’environnement

Selon ces études, le complexe de GNL Québec ne garantissait nécessairement pas un impact positif sur l’environnement. À long terme, il aurait même pu ralentir la transition énergétique des pays clients du projet.

Les experts doutent aussi de la réduction nette des émissions de gaz à effet de serre (GES) à échelle mondiale. En effet, GNL Québec n’a pas pu garantir la viabilité du gaz naturel liquéfié comme énergie de substitution moins polluante. Le charbon ou le mazout émettent par exemple davantage de gaz à effet de serre.

« Nous avons dû nous rendre à l’évidence, les risques du projet Énergie Saguenay dépassent ses avantages. C’est ce qui explique la décision que nous avons prise. » indique le ministre de l’environnement et de la lutte contre les changements climatique Benoit Charette.

Selon le ministère, les mesures concernant les émissions de gaz à effet de serre sont insuffisantes. Des mesures de réduction des GES pourraient ne pas être appliquées en amont pour l’exploitation et le transport du gaz. De même, rien ne montre qu’il pourrait compenser adéquatement ses propres émissions de gaz à effet de serre.