Production de Pétrole: +1,5 Million de b/j en Avril ?

par | 3 Mar 2021 | Énergies Fossiles, Pétrole, Politique Énergétique

La production de pétrole de l’OPEP+ est bloquée en partie par les réserves des pays producteurs. Ces derniers devraient en effet chercher à écouler les…
Production de pétrole

La production de pétrole de l’OPEP+ est bloquée en partie par les réserves des pays producteurs. Ces derniers devraient en effet chercher à écouler les stocks accumulés au plus fort de la crise sanitaire en 2020 avant de re-produire massivement.


 

La production de pétrole en augmentation progressive en 2021

+ 1,5 millions de b/j envisageable en avril

La production de pétrole pour avril fera l’objet de discussions demain, lors de la réunion de l’OPEP+ ce jeudi 4 mars. 

Suhail al-Mazrouei, ministre de l’Énergie des Émirats Arabes Unis (UAE) a déclaré :

« Nous avons eu un début de reprise meilleur que prévu en janvier et nous nous attendons maintenant à voir la demande revenir aux niveaux de 2019 d’ici le début de 2022 ». Avant d’ajouter que « La capacité du marché à absorber 1,5 millions de b/j supplémentaires de l’OPEP en avril dépendra du succès du déploiement des vaccins et de son impact sur la reprise de la demande. »

De son côté, le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a déclaré que le groupe devait se rappeler les « cicatrices » de la crise de l’année dernière.

Assouplissement progressif de la production

L’OPEP, la Russie et leurs alliés producteurs de pétrole (OPEP+) assouplissent progressivement les réductions de production imposées en 2020. De 9,7 millions de b/j, en décembre les réductions ont été ramenées à 7,7 millions de b/j. Puis en janvier, elles ont encore été ramenées à 7,2 millions de b/j, soit environ 7 % de la demande pré-pandémique.

L’alliance a prévu de diminuer progressivement les réductions à 5,8 millions de b/j d’ici le milieu de l’année. Pour la Russie, la reprise de la production est indispensable. L’Arabie saoudite semble plutôt vouloir tempérer une reprise trop rapide. 

 

L’OPEP+ s’attend à regagner ses parts de marché d’avant Covid-19

L’OPEP+ s’attend à regagner ses parts de marchés perdues une fois que la demande aura retrouvé des niveaux normaux. Suhail al-Mazrouei déclare : 

« En tant que producteurs aux coûts les plus bas, nous savons que lorsque la situation reviendra à la normale, nous pourrions facilement les récupérer. L’objectif aujourd’hui est d’équilibrer le marché et d’inciter les investisseurs à s’assurer que nous aurons suffisamment d’hydrocarbures dans deux ou trois ans. »

Ainsi les UAE, membres du Comité de suivi de réduction de la production, veulent augmenter leur taux de conformité à plus de 100%. Le pays travaillerai donc à la réduction de sa capacité productive s’élevant aujourd’hui à 4,2 millions de b/j. 

Les UAE restent optimistes dans la capacité du pétrole à revenir à ces niveaux d’avant crise. L’Abu Dhabi National Oil Co. (ADNOC) prévoit même d’augmenter sa capacité de production de pétrole de 25% d’ici à 2030. Elle sera alors en mesure de produire 5 millions de b/j. 

Il est également prévu de lancer le contrat à terme Murban, brut phare de l’ADNOC, sur une bourse basée à Abu Dhabi le 29 mars.