Princeton NuEnergy reçoit $1,15 Million du Fonds SBIR

par | 10 Août 2021 | Stockage Énergétique

Princeton NuEnergy reçoit une subvention de $1,15 million du Ministère de l'Énergie américain dans le cadre du programme SBIR.

princeton nuenergy

Princeton NuEnergy reçoit une subvention de $1,15 million du Ministère de l’Énergie américain dans le cadre du programme SBIR.


 

Princeton NuEnergy remporte la phase II du SBIR

La Princeton NuEnergy avait reçu le financement de la phase I du programme SBIR du Ministère de l’Énergie (DOE) en 2019. D’un montant de $250.000, ce fonds est l’un des plus élevés dans la catégorie des technologies automobiles. L’obtention du financement de la phase II témoigne de la croissance phénoménale de la société ces deux dernières années.

Le DOE finance des domaines tels que les énergies renouvelables, le transport, les réseaux électriques… Parmi les différents fonds du Ministère, le programme SBIR octroie des subventions aux startups pour soutenir leurs activités de R&D. Le programme ne prend pas d’intérêts sur ces petites entreprises.

Seuls les boursiers de la phase I peuvent postuler pour la phase II, encore plus compétitive que la phase I. Les critères de sélection pour la phase II incluent les résultats obtenus en phase I. Les mérites scientifiques et techniques du projet et le potentiel commercial des produits comptent également dans le processus de sélection.

 

Le recyclage des batteries lithium-ion

La société issue de l’Université de Princeton s’est spécialisée dans le recyclage des batteries lithium-ion. Son brevet principal est intitulé Novel Plasma Based Direct Li-ion Battery Recycling. Il s’agit d’un procédé permettant de produire des matériaux actifs cathodiques de haute qualité à partir de batteries lithium-ion usagées.

Plus précisément, il utilise la séparation, la purification et la régénération directes des matériaux cathodiques pour les batteries lithium-ion usées. Cette technique fonctionne à l’aide d’un procédé novateur à plasma.

La technologie de Princeton NuEnergy permet de régénérer les matériaux de la cathode et de l’anode sans détruire les composés. Cette innovation requiert donc moins d’énergie et de produits chimiques, et réduit le temps et les coûts nécessaires au recyclage. Enfin, cette technologie permet de produire des matériaux de batterie à haute performance.

À lire sur Energynews.fr  Huawei planifie 1,3GWh de Stockage Énergétique

 

Révolutionner les méthodes de recyclage

Les batteries lithium-ion sont devenues très prisées sur les marchés émergents des véhicules électriques et du stockage de l’électricité. En conséquence, une forte demande pèse sur les chaînes d’approvisionnement en matières premières. Recycler est donc essentiel dû à la compétition pour les ressources et aux réglementations environnementales de plus en plus strictes.

En outre, le recyclage des batteries peut réduire les effets environnementaux et socio-économiques négatifs de l’extraction minière des métaux vierges. Il atténue les fluctuations de prix et favorise un approvisionnement régulier en matières premières.

Toutefois, les méthodes de recyclage traditionnelles présentent des défauts majeurs, puisqu’elles emploient des processus de lixiviation acide ou traitement alcalin. Ces procédés entraînent une consommation d’énergie importante, une production excessive de déchets chimiques et des coûts d’exploitation élevés. C’est pourquoi la méthode de Princeton NuEnergy est particulièrement prometteuse.

 

Déjà une ligne de production

La société s’est associée à Wistron Green Techande Tak Worldwide pour construire une ligne de production pilote à Dallas, Texas. Ce partenariat a pour but de commercialiser la méthode de recyclage direct des batteries lithium-ion. Simultanément, les entreprises promettent une réduction de la consommation d’énergie, des émissions de CO2 et des coûts opérationnels.

Grâce au financement SBIR Phase II du DOE, la société ambitionne de franchir des étapes techniques majeures. Elle vise notamment à garantir la supériorité technologique de la méthode de régénération des matériaux de cathode. L’entreprise œuvrera également pour le transfert de cette technologie depuis les laboratoires jusqu’au marché commercial.