Pionniers BNEF: entre Transport et Écosystème en 2021

par | 14 Avr 2021 | Diplomatie Énergétique

Les pionniers BNEF récompensent chaque année les entreprises de technologies durables. Les douze lauréats 2021 viennent d’être révélés. L’optimisation des transports de longue distance et…

Pionnier BNEF

Les pionniers BNEF récompensent chaque année les entreprises de technologies durables. Les douze lauréats 2021 viennent d’être révélés. L’optimisation des transports de longue distance et la surveillance des émissions de gaz à effet de serre ont largement marqué le concours.


 

Pioniers BNEF : récompenser les porteurs de technologies durables

Depuis une décennie, les technologies liées aux énergies renouvelables, telles que les véhicules électriques, changent la donne. Elles permettent en effet la mise en route d’une décarbonation de large pans de l’économie mondiale.

En ce sens, depuis dix ans, les BNEF Pioneers souhaitent saisir ce moment pivot dans le combat contre le dérèglement climatique. Cette année, les BNEF Pioneers ont fait l’apologie des technologies transformatives dans certaines sphères pouvant combler les vides des stratégies zéro carbone :

  • la gestion et l’optimisation des frets de longue distance ;
  • la promotion de matériaux et de techniques pour des produits durables ;
  • le contrôle et la compréhension des variations des écosystèmes.

 

Qui sont les lauréats des Pioneers BNEF 2021 ?

La compétition se concentre sur trois critères : l’impact potentiel de la technologie sur les émissions des gaz à effet de serre et sur la planète, le degré d’innovation technologique, et la viabilité d’adoption du projet.

Les évaluateurs de BNEF ont ainsi analysé plus de 250 candidatures provenant de 36 pays différents. Douze grands gagnant, reconnu par l’organisme de recherche comme porteurs d’espoir pour la transition énergétique et écologique de nos sociétés.

Défi 1 : gestion et optimisation des frets de longue distance

  • Convoy (États-Unis) fournit un réseau de fret digital, déplaçant chaque jour des milliers de cargaisons à travers les États-Unis. Son réseau optimisé de transporteurs connectés permet aux expéditeurs d’économiser de l’argent et d’éliminer le gaspillage de carbone.
  • Nautilus Labs (États-Unis) améliore l’efficacité du commerce maritime grâce à l’intelligence artificielle. Elle fournit une solution prédictive d’aide à la décision qui favorise la durabilité et la rentabilité du transport maritime mondial.
  • Ontruck (Espagne) est une entreprise de transport numérique favorisant l’automatisation pour éliminer les déchets dans le processus logistique. Ontruck offre une solution efficace et à faible émission de carbone pour déplacer les marchandises. Elle augmente également les gains des transporteurs tout en supprimant les émissions de carbone générées par les camions vides.

Défi 2 : Matériaux et techniques pour des produits durables

  • Cemvita Factory (États-Unis) crée des microbes qui utilisent le dioxyde de carbone ou le méthane comme matière première. Les produits chimiques qui en résultent sont utilisés par les entreprises pétrolières et gazières, chimiques, minières et aérospatiales. Ainsi, l’utilisation de ces technologies peut réduire leur empreinte carbone.
  • Pyrowave (Canada) électrifie les processus chimiques dans l’économie circulaire des plastiques. Pyrowave utilise la technologie des micro-ondes pour fournir à l’industrie chimique des substituts immédiats aux produits chimiques vierges.
  • Via Separations (États-Unis) cible la consommation d’énergie américaine gaspillée par le processus de séparation des produits chimiques.

Défi 3 : surveiller et comprendre notre planète en mutation

  • Pachama (États-Unis) utilise l’apprentissage automatique avec l’imagerie satellite pour mesurer le carbone capturé par les forêts. Pachama apporte les dernières technologies en matière de télédétection, d’imagerie satellitaire et d’IA pour permettre la restauration des forêts.
  • Planet (États-Unis) fournit des images satellites mondiales et quotidiennes et des solutions géo-spatiales. Elles permettent en effet de mieux gérer les risques dans divers secteurs. Notamment l’agriculture, l’énergie mais aussi les ressources naturelles.
  • QLM Technology (Royaume-Uni) propose la technologie quantique pour permettre de comprendre les émissions de gaz à effet de serre. Leur évolution est capturée à l’aide de systèmes de caméras. Ils visualisent et quantifient les émissions en temps réel.

Les jokers :

  • 75F (États-Unis) est un système de gestion des bâtiments. Il utilise des capteurs et des contrôles intelligents afin de rendre les bâtiments commerciaux plus efficaces, confortables et plus sains.
  • ECOncrete (Israël) fournit une technologie pour les infrastructures côtières et marines, augmentant la résistance et la durabilité du béton. Elle crée également une valeur écologique et un puits de carbone actif.
  • Pivot Bio (États-Unis) fabrique des produits microbiens producteurs d’azote qui peuvent remplacer l’utilisation d’engrais azotés synthétiques pour les cultures céréalières. Cela offre ainsi aux agriculteurs une solution de nutrition des cultures pour obtenir des rendements plus réguliers et améliorer la qualité de l’air et de l’eau.

Une dominante américaine donc, pour un concours réputé.

Il existe toujours des défis significatifs à relever pour atteindre l’objectif d’émissions net-zéro et de ralentissement du réchauffement climatique. Parmi ceux-ci notamment, la prolifération des objets connectés. Si la technologie permet des évolutions considérable, l’effet rebond lié à leur utilisation pourrait aggraver certains problèmes. En somme, c’est un ensemble de technologies nouvelles dont il est besoin, pas seulement des technologies connectées. Ce concours des BNEF Pioneers permet donc de mettre en avant tout type de technologie pouvant faire avancer la lutte contre le dérèglement climatique.