Pétrole en Chine: Réduction des Quotas d’Importation

par | 23 Juin 2021 | Énergies Fossiles, Pétrole, Politique Énergétique

Le pétrole en Chine connait une nouvelle mesure répressive afin d’endiguer la corruption du secteur et avantager les raffineurs nationaux.
pétrole en chine

Le pétrole en Chine connait une nouvelle mesure répressive afin d’endiguer la corruption du secteur et avantager les raffineurs nationaux. Pour cela, un nouveau quota sur l’importation de pétrole brut est imposé aux sociétés de raffinage indépendantes.


 

Pétrole en Chine : 35% d’importation en moins par rapport à 2020

Plus grande économie mondiale importatrice de pétrole brut, la Chine en est également la deuxième consommatrice Juste derrière les États-Unis.

Cependant, le secteur fait face à de nombreuses difficultés. Surcapacité des approvisionnements, évasion fiscale et non-respect des normes d’émission en sont les principales. Afin de consolider son industrie grandissante, la Chine s’est donc engagée sur une série de mesures restrictives.

 

35 millions de tonnes importables

Les raffineurs privés chinois se sont donc vu imposer de nouveaux quotas par le gouvernement. Plafonnés à 35,24 millions de tonnes pour l’importation de pétrole brut, c’est un déclin de 35% comparé à juin 2020. Ces nouvelles mesures touchent un total de 39 entreprises.

 

Limiter la corruption

Depuis 2015, la Chine autorise plus de 40 raffineries indépendantes à importer du pétrole brut sous un système de quotas. Cependant, elle s’est rendu compte que les petits raffineurs privés s’approvisionnaient en matières premières sans les respecter. Cela a entrainé une surabondance de carburant domestique et de pollution. Ce que la Chine cherche à réprimer.

 

Les raffineurs privés constituent 1/5ème des importations de pétrole brut

Les raffineurs indépendants constituent un cinquième des importations de pétrole brut de la Chine. S’ils sont la cible principale de ces mesures, il est cependant estimé que les importations totales du pays resteront stables.

En effet, ces mesures devraient diminuer prochainement leurs importations de pétrole brut ainsi que leur production de combustible selon Reuters. En revanche, les raffineries nationales en profiteraient pour augmenter leurs importations et accroitre leurs prix afin de grossir leurs marges.

Les analystes considèrent également que l’impact de ces mesures ne se fera pas sentir avant le quatrième quartile. Les stocks des raffineurs privés étant suffisamment importants, ils ne devraient finir de les traiter qu’en début d’année 2022.

 

Des restrictions additionnelles attendues sous peu

Parmi les 39 entreprises visées par ces mesures, quelques-unes d’entre elles avaient déjà été soumises à des quotas en début d’année 2021. Il est également estimé que la Chine annoncera une autre série de quotas avant le début du quatrième quartile. Celle-ci serait susceptible de toucher les méga-raffineries, dont la récente Shenghong Petrochemical.

 

Les engagements du ministre du Commerce compromis ?

Le ministre du Commerce avait annoncé fin 2020 que la Chine augmenterait de 20% les tranches allouées aux raffineries indépendantes. Ces promesses venaient répondre aux demandes des nouvelles méga-raffineries. En décembre 2020, 122,59 millions de tonnes de pétrole brut leurs avaient été accordé : une quantité record.

Cependant, 2021 fut témoin d’une baisse des bénéfices dans tout le secteur du raffinage et de l’augmentation des approvisionnements nationaux. Ce phénomène a encouragé les autorités à enquêter sur le fonctionnement des raffineries publiques et privées. L’investigation conseille de renforcer l’utilisation des quotas d’importation et de mettre en place des taxes sur les carburants. Cette décision du gouvernement compromet ainsi les engagements pris par le ministre du Commerce.

Finalement, les niveaux alloués aux raffineries indépendantes en juin 2021 ont rejoint ceux de 2020. Une tendance qui devrait continuer à diminuer, au profit des raffineries nationales.