Parc Éolien Offshore: Début des Travaux Dans Le Calvados

par | 3 Mar 2021 | Énergie Éolienne

Le parc éolien offshore du Clavods devrait permettre d'alimenter l'équivalent de 630.000 personnes par an en électricité.
Parc éolien offshore

Le parc éolien offshore du Clavods devrait permettre d’alimenter l’équivalent de 630.000 personnes par an en électricité. Le chantier du parc s’étalera sur 3 ans et mobilisera plus de 1700 emplois directs et indirects dans la région. Sont coût est estimé à 2 milliards EUR€.


 

Le parc éolien offshore du Calvados : 450 MW de puissance

Ce parc éolien offshore du Calvados devrait développer 450 MW de puissance d’ici 2024. Il permettra ainsi d’alimenter en électricité l’équivalent de 630.000 personnes annuellement.

Les 64 éoliennes seront produites par Siemens Gamesa et son usine de turbines au Havre. La conception, fabrication et l’installation du poste électrique du parc éolien est confié à Atlantique Offshore Energy.

 

1750 emplois directs et indirects

Le chantier du parc éolien offshore du Calvados prévoit de mobiliser plus de 1000 emplois en Normandie. S’ajoute à cela l’usine de fabrication des turbines située au Havre qui créera au total 750 emplois. Cette usine construira des turbines pour le parc éolien offshore du Calvados, mais aussi pour celui du Fécamp.

Au total, sur l’ensemble de ses projets, le consortium prévoit la création de 300 emplois pérennes, dont 100 emplois locaux. Ce projet participe ainsi au développement de la filière industrielle de l’éolien offshore en France.

 

Contrat d’achat d’électricité de 20 ans

Le parc bénéficie d’un contrat d’achat d’électricité accordé par l’État de 20 ans. Ce contrat a été accordé en juin 2018. Soit 6 ans après l’attribution du contrat de marché public au consortium. La commande de turbines à Siemens Gamesa prévoit aussi un contrat de service et de maintenance de 15 ans.

 

10 ans de concertation pour un projet historique et écologique

Le projet est le fruit d’une concertation de 10 ans avec les acteurs du territoire. Initié en 2012, ce projet a nécessité des études environnementales approfondies réalisées par des bureaux d’études experts. Des associations de protection de la nature et de l’environnement ont été consulté sur la construction du parc éolien. Un dialogue avec les professionnels de la pêche a aussi été nécessaire pour la finalisation du projet.

Également, la proximité avec les plages du débarquement a créé des problématiques concernant l’histoire du site et du devoir de mémoire. Ces problématiques particulières ont exigé la création d’un groupe de travail composé d’anciens combattants et de victimes de guerre.

 

Un consortium expérimenté

Composé de leaders de la construction éolienne, le consortium réunit EDF Renouvelables, Enbridge et wdp. Toutes ont acquise un savoir-faire dans la construction de projets de parcs éoliens.

Celui offshore du Calvados est le troisième projet entrepris par ce consortium. En ce sens, en 2012 le consortium avait déjà remporté les projets éoliens offshore de Saint-Nazaire, Fécamp. 

La sous-station en mer de Calvados sera en grande partie identique à celles initiées à Saint-Nazaire et Fécamp. Ce retour d’expérience permettra ainsi au consortium d’optimiser la construction, la maintenance et l’exploitation de ses différents parcs éoliens offshore. 

 

4 autres parcs éoliens offshore en développement

Ce projet démontre l’ambition d’EDF renouvelables, Enbridge et wpd de confirmer leur statut de leader des parcs éoliens offshores. En parallèle du parc éoliens offshore du Calvados, 4 autres parcs, tel que celui de Dunkerque, sont en développement. Ainsi, le consortium marque un pas de plus vers une augmentation de la production d’énergie renouvelable française.