Orano et BVA: 1 Français sur 2 Favorable au Nucléaire

par | 1 Juil 2021 | Énergie Nucléaire

Orano et BVA interroge les Français sur leurs perceptions et leurs connaissances du nucléaire. Bien que conscients de l’importance du nucléaire dans l’économie du pays, les Français tendent à sous-estimer ses atouts. De même, s’il est acquis que le nucléaire est un danger pour l’environnement, Les Français ont tendance à surestimer son impact.


 

Orano : les Français considère le nucléaire comme un atout de souveraineté

Selon l’étude menée par Orano et BVA sur un échantillon de 3008 Français de plus de 18 ans, près de la moitié (47%) considèrent le nucléaire comme un atout pour la France. 1 Français sur 2 ne perçoit donc pas le nucléaire comme un secteur clé, malgré l’avenir promis à la filière par Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie.

Fort de son secteur économique et de sa souveraineté, le nucléaire est en effet considéré par le gouvernement et la moitié des Français interrogés comme la vitrine du savoir-faire industriel français.

 

68% des Français estiment que le nucléaire est une énergie chère à produire*.

*Enquête Orano/BVA

 

220.000 personnes travaillent dans le nucléaire en France

L’industrie du nucléaire est considérée comme un avantage majeur pour l’emploi en France, notamment chez les plus jeunes. En effet, celle-ci crée entre 7000 et 8000 postes par an, ce que reconnaissent 56% des interrogés. Le secteur emploie environ 220.000 personnes, un chiffre d’ailleurs très sous-estimé par la population (21% de bonnes réponses).

 

orano
Vérification et contrôle de l’étanchéité du cartouche à joint sur un groupe moto-pompe primaire. (Source : ufictfnme.fr)

 

3ème filière industrielle française

Exportant près de 6 milliards d’euros par an, le nucléaire est la 3e filière industrielle française, derrière l’aéronautique et l’automobile. La France est également le premier exportateur de l’Union européenne.

La France, avec ses 58 réacteurs, dispose du plus grand parc nucléaire au monde proportionnellement à sa population. Cela lui a permis de réduire ses importations d’énergie fossile, et donc d’effectuer des économies de plusieurs milliards d’euros. Les Français considèrent ainsi l’indépendance énergétique comme le premier atout du nucléaire.

 

Un coût de production très mal estimé

Le faible coût de production du nucléaire est un facteur vital pour la compétitivité industrielle de la France. Grâce à elle, les industries et les particuliers bénéficient d’un des prix de l’électricité les plus bas d’Europe.

Pourtant, 68% des Français estiment que le nucléaire est une énergie chère à produire. Cette préconception est particulièrement malvenue pour l’industrie. En effet, l’élément le plus important pour les Français dans leur choix énergétique est le coût de l’électricité (63%). Seulement ensuite celui-ci est suivi de l’impact environnemental (53%) et de la régularité de l’énergie (42%).

 

69% des Français considèrent que le nucléaire accentue le réchauffement climatique.*

*Enquête Orano/BVA

 

Un savoir-faire technologique de pointe

La France maitrise l’ensemble de la chaine de production du nucléaire, de l’extraction de l’uranium au traitement des déchets. En plus de renforcer l’indépendance énergétique de la France, ce savoir-faire trouve une multitude d’applications au quotidien. Le nucléaire participe ainsi au rayonnement de la France.

Plus de deux Français sur trois connaissent des applications du nucléaire dans l’aérospatial (67%) et le médical (66%). L’impact du nucléaire dans l’alimentation et les transports n’est pas non plus méconnu. Cependant, son influence dans la fabrication de composants électroniques est souvent négligée.

 

orano
Piscine d’entreposage des combustibles usés de l’usine de traitement de la Hague. (Source : Eric Larrayadieu / Orano)

 

Les Français craignent l’impact environnemental du nucléaire

Bien que les Français reconnaissent le poids du nucléaire dans le mix énergétique national, ils ont tendance à sous-estimer son importance réelle. De même, les Français montrent une inquiétude justifiée face à l’impact environnemental du nucléaire. Mais celle-ci est majoritairement mal ciblée.

 

1ère source d’électricité en France

En ce sens, les Français estiment en moyenne que le nucléaire représente 59% de la production électrique de France. En réalité, le nucléaire constitue 72% du mix énergétique national, ce que seuls 22% des interrogés connaissaient. Par conséquent, l’énergie nucléaire est la première source d’électricité en France, l’hydraulique (12% de la production) et le gaz (6,6%).

 

Combiner le nucléaire et le renouvelable

Énergie bas-carbone, le nucléaire possède une place majeure dans les politiques de transition énergétique de la France. Lors du sondage, 54% des Français ont estimé nécessaire la production d’électricité par un couple énergétique nucléaire-renouvelable. Comparativement, seuls 26% estiment que la simple production d’énergie renouvelable peut survenir aux besoins de la France.

L’Union Européenne corrobore ces positions. Malgré un développement fulgurant, les énergies renouvelables restent insuffisantes pour atteindre les objectifs établis par l’Accord de Paris. Au contraire, grâce à la complémentarité entre nucléaire et renouvelable, la France a déjà atteint l’objectif fixé par le GIEC.

 

69% des Français pensent que le nucléaire accentue le réchauffement climatique

Si 1 Français sur 2 considère que le nucléaire n’est pas un atout pour la France, c’est qu’ils sont 69% à penser qu’il accentue le réchauffement climatique. 60% des interrogés estiment même qu’il pollue plus que l’éolien et le solaire.

En réalité, le nucléaire n’émet que 12g de CO2/kW, soit autant que l’éolien et quatre fois moins que le solaire. Cela en fait l’une des énergies bas-carbone les moins émettrices de gaz à effet de serre.

 

Le nucléaire recyclable ?

Enfin, la deuxième source d’inquiétudes majeure pour la population française concerne le traitement des déchets radioactifs. Leur dangerosité d’une part (63%), mais également leur volume (46%) et leur durée de vie (38%). Les Français sont cependant 61% à savoir que le recyclage de l’uranium est possible.

Ainsi, malgré de solides connaissances sur certains aspects du nucléaire, les préjugés restent conséquents. En particulier, la perception du nucléaire comme énergie carbonée et l’illusion de son prix élevé impactent négativement la filière. Malgré ses inconvénients et ses polémiques, le secteur reste la 3e filière industrielle de France ainsi qu’un atout majeur pour sa transition énergétique.