L’Iran et l’IAEA trouvent un Accord sur le Nucléaire

par | 14 Sep 2021 | Diplomatie Énergétique, Énergie Nucléaire

L'Iran et l'IAEA ont trouvé un accord au sujet de la surveillance du programme nucléaire de la République islamique. Ce premier accord pourrait accélérer la reprise des négociations autour de l'accord sur le nucléaire de 2015.
iran

Le responsable de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran, Mohammad Eslami, et le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (IAEA), Rafael Grossi, ont trouvé un accord au sujet de la surveillance du programme nucléaire de la République islamique. Cet accord donne un peu d’air dans les négociations autour de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.


 

L’Iran fait un pas en direction de la communauté internationale

L’Iran avait entravé les activités de l’IAEA en matière de surveillance et de vérification des installations nucléaires sur son territoire depuis février 2021. Rafael Grossi et Mohammad Eslami ont déclaré que les inspecteurs onusiens pourront bientôt intervenir sur les équipements de surveillance, et remplacer les disques durs des caméras installées dans les centrales.

En ce sens le responsable iranien s’est dit heureux des « négociations bonnes et constructives avec M. Grossi ». La visite du directeur général de l’agence internationale intervient quelques jours avant la tenue de la réunion du Conseil des gouverneurs de l’Agence. L’Iran participera à ce rendez-vous pour « poursuivre » les discussions, a fait savoir le chef de l’organisation de l’énergie atomique iranien.

Ressusciter l’Accord sur le nucléaire iranien

La visite à Téhéran du directeur général de l’IAEA et les négociations sur la surveillance des centrales s’inscrivent plus largement dans le cadre des discussions visant à ressusciter l’Accord sur le nucléaire iranien. Celui-ci avait été dénoncé par l’ancien président des États-Unis en 2018 qui en était sorti. Donald Trump avait ensuite rétablit un volet de sanction contre le régime des mollahs.

L’accord avait pour but d’empêcher l’Iran de se doter de l’arme atomique. En échange d’une réduction des sanctions économiques mises en place par l’ONU et l’Occident et d’un accès facilité aux marchés mondiaux, Téhéran devait s’engager à ne développer qu’un programme nucléaire civil. Après le retrait américain de l’accord, les Iraniens se sont affranchis des limitations concernant le taux d’enrichissement de l’uranium.

Mais les pourparlers sur l’Accord de 2015 sont au point mort depuis l’élection du conservateur Ebrahim Raïssi  président de la république islamique d’Iran en juin 2021. Les États-Unis, par l’intermédiaire du Secrétaire d’État Anthony Blinken, après la publication du rapport de l’Agence, ont prévenu qu’ils pourraient abandonner définitivement leurs efforts pour relancer l’accord.