L’Irak veut un Américain pour reprendre les Parts d’Exxon

par | 29 Juil 2021 | Énergies Fossiles, Pétrole, Politique Énergétique

L'Irak souhaite une autre entreprise américaine pour reprendre les parts d'ExxonMobil qui se retire sur champ pétrolier West Qurna.
irak

En Irak, le Premier ministre souhaite une autre entreprise américaine pour prendre la suite d’ExxonMobil dans le champ pétrolifère West Qurna 1. Malgré un projet de $53 milliards, Exxon cherche en effet à vendre sa participation de 32,7 % dans le champ.


 

L’Irak envisage d’acheter la part d’ExxonMobil

Le gouvernement recherche une entreprise américaine pour reprendre la part d’ExxonMobil dans le champ West Qurna. Mais en parallèle, le ministre irakien du pétrole n’écarte pas la piste d’un rachat des parts par une entreprise publique irakienne.

Entre autre concernée : Basra Oil Co. L’entreprise publique irakienne travaille au cœur de ce champ pétrolier de 500.000 barils par jours.

 

Un coup dur pour le secteur pétrolier irakien

Cette décision d’ExxonMobil tombe mal. L’Irak est en ce moment en recherche d’attractivité et éprouve des difficultés à retenir les grandes sociétés pétrolières internationales. Et ce, en raison de conditions contractuelles commercialement peu attrayantes et des difficultés de paiement. 

D’autant plus que les recettes pétrolières représentent 95% des revenus du pays.

 

Pourquoi ce retrait d’Exxon ? 

Plusieurs raisons peuvent expliquer le retrait d’Exxon : d’une part, le prix. Les contrats de services techniques à long terme de l’Irak stipulent que toute entreprise souhaitant vendre ses intérêts doit obtenir l’approbation de Basrah Oil. Or l’entreprise publique refuse d’acheter au prix de vente convenu.

D’autre part, et de manière plus générale, l’Irak pourrait être confronté à d’autres difficultés. Car les investisseurs qui se concentrent sur les paramètres environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) obligent les entreprises à évaluer l’impact climatique de leurs actifs.

Ce choix irakien d’une entreprise américaine relève donc d’une volonté du gouvernement de diversifier un portefeuille d’investissements. Quand l’on sait que les entreprises chinoises ont récemment étendu leur présence déjà importante dans la région. Plusieurs autres entreprises sont intéressées par le rachat des parts d’Exxon, notamment chinoises et indonésiennes.