L’Australie, une terre fertile pour l’Hydrogène Vert

par | 22 Nov 2021 | Énergie Hydrogène

Selon Gavin Thompson, expert Wood Mackenzie, l’Australie peut et doit miser sur l'hydrogène vert pour concrétiser sa transition énergétique.

australie

L’Australie peut exploiter au mieux ses avantages dans la course au développement de l’hydrogène renouvelable. Le pays peut s’appuyer pour cela sur son expertise quant à la gestion des flux entrants et sortants et sur des coûts faibles de développement de cette énergie.


 

L’Australie et ses opportunités de transition

Pour être efficace dans la transition énergétique, l’hydrogène doit avoir une bonne disponibilité. Gavin Thompson, vice-président de Wood Mackenzie chargé de la stratégie Énergie dans la région Asie-Pacifique, dit que « la course pour le leadership de la production mondiale a déjà commencé ».

Les investisseurs et les acheteurs vont privilégier les pays offrant les meilleures conditions aux projets d’hydrogène vert. Or, l’Australie bénéficie de plusieurs avantages. L’approvisionnement y est relativement peu coûteux par exemple.

 

Multiplication par 50 des projets d’hydrogène vert en 1 an

Depuis un an, le nombre de projets d’hydrogène vert a été multiplié par 50. L’Australie et les pays du Moyen-Orient sont en tête. D’autres pays comme la Russie, le Canada ou le Brésil veulent également profiter de leurs vastes ressources naturelles.

Au sein de la zone Asie-Pacifique, l’Australie bénéficie à la fois de ressources renouvelables éoliennes et solaires. Elle se distingue de ses voisins par sa bonne expertise en matière d’exportation de ressources naturelles. Ce cumul d’avantages a tout pour attirer les investisseurs comme les acheteurs.

L’enjeu pour l’Australie est de renouveler son modèle économique et commercial. Gavin Thompson explique que jusqu’à présent, les exportations australiennes tiraient surtout parti de ses vastes ressources fossiles. L’Australie exploite du fer, du charbon, du gaz naturel et du lithium, notamment au profit de la Chine.

À présent, les marchés importateurs ont tendance à réduire la demande pour ces ressources. Les objectifs à terme de neutralité carbone à horizon 2030, 2050 ou 2060, sont partagés par de nombreux pays. Pour l’Australie, il s’agit de s’y adapter et d’en tirer parti.

 

L’Australie concentre 32% des projets d’hydrogène vert dans le monde

L’Australie a déjà le premier parc de centrales de production d’hydrogène vert par électrolyse de l’eau. Près de 35 GW sont en effet produits dans le pays. Le gouvernement soutient ces projets via l’Agence des énergies renouvelables, qui a attribué plus de 2 milliards de dollars australiens.

Ainsi, l’Australie héberge à elle seule 23% du nombre total de projets d’hydrogène dans le monde. Tandis que les pays du Moyen-Orient hébergent 34% des projets, motivés par les Émirats Arabes Unis et l’Arabie saoudite. La concurrence est donc rude.

 

Profiter de coûts faibles

Mais l’Australie bénéficie de coûts assez bas pour les énergies renouvelables. Wood Mackenzie estime que le coût de l’énergie photovoltaïque australienne sera inférieur à 20 dollars par mégawatt/heure en 2050. Ces prix sont proches de ceux du Brésil et de l’Arabie saoudite, et bien moins chers qu’au Japon.

Gavin Thompson souligne que ce qui fera la différence dans la concurrence, c’est la gestion de la chaîne d’approvisionnement. L’Australie doit donc profiter de son expérience et de ses coûts faibles.