Iran: Nouveau Terminal Pétrolier sur la Mer d’Oman

par | 22 Juil 2021 | Énergies Fossiles, Pétrole, Politique Énergétique

L’Iran inaugure un nouveau terminal pétrolier sur la mer d’Oman pour exporter son pétrole sans passer par le détroit d'Ormuz.
iran

L’Iran inaugure, en direct à la télévision, un nouveau terminal pétrolier dans la mer d’Oman. Le pétrole va pouvoir être exporté directement depuis le port de Jask sur le mer d’Oman. Par conséquent, de contourner le détroit d’Ormuz.


 

L’Iran cherche à contourner le golfe d’Oman et le détroit d’Ormuz.

Le but de cette nouvelle installation est d’exporter le pétrole brut directement à partir du port de Jask sur la mer d’Oman. Situé sur l’extrémité Est du golfe d’Oman, cet oléoduc devrait permettre aux bateaux citernes de gagner quelques jours de navigation.

 

Un nouvel oléoduc au sud du pays.

L’oléoduc qui rejoint le port de Jask est conçu pour transférer le pétrole brut de Goreh, au Sud-Ouest jusqu’au port de Jask, dans le sud-est du pays. Cet oléoduc fait donc un peu plus de 1000 km et traverse le Sud du pays.

Le détroit d’Ormuz relie le golfe à la mer d’Oman. C’est ainsi l’une des voies maritimes principales pour le transport de pétrole à travers le monde. Pour les producteurs de pétrole du Moyen Orient, c’est donc un point de passage essentiel pour atteindre les marchés européens et asiatiques.


Un oléoduc pour sécuriser le pétrole iranien

Pour les Iraniens, ce nouvel oléoduc présente différents avantages. Outre un gain de temps par rapport au port pétrolier de Kharg, situé dans le golfe. Il permet surtout d’éviter aux tankers iranien d’emprunter le détroit d’Ormuz. Ce passage stratégique est au cœur de vives tensions entre la République Islamique d’Iran et les États-Unis. Les deux pays ont déjà positionné leur navire de guerre dans la région.

Comme l’affirme le président Iranien, il est vital pour l’Iran de trouver une alternative à ce détroit. En effet, si les relations avec les États-Unis ont rarement été au beau fixe, on note un regain de tension depuis 2019. Que ce soit au sujet de la guerre au Yémen ou encore du nucléaire iranien, les deux pays se retrouvent très souvent face à face.

Le retrait des États-Unis des accords sur le nucléaire Iranien a plongé le pays dans une sévère récession. Le pétrole représente donc la meilleure chance pour le gouvernement iranien de redresser l’économie du pays.