Global Methane Pledge: 24 États Supplémentaires

par | 13 Oct 2021 | Diplomatie Énergétique

Le Global Methane Pledge réunit désormais 32 États suite au soutien affiché de 24 nouveaux pays en début de semaine.

global methane pledge

Le Global Methane Pledge, initiative menée par l’UE et les États-Unis, est rejoint par 24 nouveaux États. Cette annonce faite suite aux soutiens obtenus de sept autres États lors du Major Economies Forum on Energy and Climate Change (MEF) du 17 septembre 2021.


 

Le Global Methane Pledge rassemble désormais 32 pays

Frans Timmermans, vice-Président de la Commission européenne et l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, ont organisé une réunion ministérielle virtuelle afin de mobiliser un soutien supplémentaire en faveur de la réduction des émissions de méthane.

Après l’annonce initiale du soutien de l’Argentine, du Ghana, de l’Indonésie, de l’Irak, de l’Italie, du Mexique et du Royaume-Uni lors du Major Economies Forum on Energy and Climate Change (MEF) du 17 septembre 2021, 24 nouveaux pays ont ainsi annoncé qu’ils rejoignaient le Global Methane Pledge. Parmi ceux-ci l’Allemagne, le Canada, le Congo, la RDC, le Japon ou encore le Nigeria.

 

9 des 20 principaux émetteurs de méthane au monde

Parmi les nouveaux arrivants, on retrouve ainsi 9 des 20 principaux émetteurs de méthane dans le monde. Cela représente environ 30% des émissions mondiales de méthane et 60% de l’économie mondiale.

“Le rapport du GIEC a démontré que le méthane joue un rôle encore plus important dans le réchauffement climatique que prévu”. “Le méthane est le deuxième plus important gaz à effet de serre responsable du réchauffement de la planète et de la pollution atmosphérique. ” rappelle Timmermans.

En outre, plus de 20 organisations philanthropiques ont annoncé des engagements combinés de plus de $200 millions pour soutenir la mise en œuvre de l’engagement.

En outre, Frans Timmermans annonce que l’Union Européenne est sur le point de mettre en place un nouveau cadre législatif avant la fin de l’année 2021. Celui-ci visera à réduire les émissions de méthane tout au long de la chaine d’approvisionnement énergétique de l’UE.