France: Dialogue Concurrentiel pour l’Éolien en Bretagne

par | 17 Sep 2021 | Énergie Éolienne

La France, par l’intermédiaire de son gouvernement, lance une procédure de mise en concurrence pour la construction et l’exploitation de deux parcs éoliens en mer flottants, au large de la Bretagne.

france

La France développe sa gamme d’éolien en mer avec un 5ème appel d’offre. Le ministère de la Transition Écologique ouvre ainsi un dialogue concurrentiel autour de la construction de deux parcs éoliens en mer flottants, l’un de 250 MW, l’autre de 500 MW.


 

750 MW d’éolien au large des côtes bretonnes

Les projets ont déjà fait l’objet d’un débat public organisé par la Commission nationale du débat public (CNDP) de juillet 2020 à décembre 2020. La procédure de mise en concurrence lancée par le gouvernement doit déterminer l’entreprise qui construira et développera le parc.

Issu de la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, le dialogue concurrentiel permet ainsi de répondre spécifiquement aux attentes autour du développement de l’éolien mer. Il vise deux objectifs principaux : réduire les coûts des projets, sécuriser leur réalisation.

À ce titre, le ministère de Transition écologique a présélectionné les dix candidats qui participeront au dialogue au regard de leurs capacités techniques et financières. Parmi eux : le consortium formé par CIP et Eni, Ocean Winds, Eoliennes Flottantes Bretagne Grand Large, Equinor, Iberdrola, RWE.

 

Débat autour des activités de pêche

L’État français et les candidats devraient ainsi échanger, au cours des prochains mois, sur un projet de cahier des charges précis. Il devra intégrer les remarques esquissées par le public lors du débat organisé par la CNDP. Plusieurs points cruciaux : les activités de pêche à proximité des parcs, l’intégration du projet éolien dans le contexte économique local.

Des réunions plénières sont prévues avec l’ensemble des candidats, les élus et les acteurs économiques locaux. Des réunions bilatérales entre les services de l’État et les candidats devraient préciser et ajuster les documents d’appel d’offres. Le lauréat de l’appel d’offres devrait être connu en 2022, la mise en service du parc est prévue pour 2029.

En outre, le projet de 250 MW est l’un des premiers en Europe à utiliser une technologie flottante et sera le 9ème projet éolien en mer en France.