Falck Renewables et BlueFloat pour l’Offshore Italien

par | 11 Oct 2021 | Énergie Éolienne

Falck Renewables et BlueFloat Energy annoncent un partenariat sur un projet de parc éolien offshore sur la côte italienne.

falck renewables

Falck Renewables et BlueFloat Energy annoncent un partenariat sur un projet de parc éolien offshore sur la côte italienne. Le projet Kailia Energia se situe dans la région des Pouilles et les acteurs commencent le processus d’autorisation.


 

Falck Renewables s’est fixé 2030

L’Italie se fixe des objectifs de décarbonation nationale d’ici à 2030 et ce projet de parc éolien offshore accélère leurs aspirations. Avec une forte présence de Falck Renewables du sein du territoire transalpin, pour BlueFloat le partenariat coule de source.

C’est ce que souligne Carlos Martin, directeur général de BlueFloat Energy :

« Nous abordons le marché italien avec un partenaire aux forces et compétences complémentaires afin de livrer un projet de classe mondiale permettant la transition énergétique au sein de la région ».

 

Un projet ambitieux

Les deux compagnies voient en la côte italienne de forts potentiels de part ses caractéristiques uniques et sa profondeur maritime. À terme, le projet Kailia d’une capacité de 1,2 GW permettrait une production annuelle de 3,5 TWh. À cela, s’ajoute une économie d’émissions de 2 millions de tonnes de CO2.

Cependant, le projet doit obtenir l’aval des institutions comme le Ministère pour la transition énergétique et le Ministère de l’infrastructure. L’Autorité Portuaire de la Mer Adriatique méridionale sera également mise à contribution. De plus, une consultation préliminaire demandée par les développeurs, sera mise en place afin d’étudier l’impact sur l’environnement.

Pour Toni Volpe, directeur général de Falck Renewables, nouer des liens forts avec la communauté régionale et locale est essentiel. Ce projet est le fruit de réunions avec les partenaires locaux durant ses derniers mois, ajoute-t-il.

La mise en place de ce projet éolien offshore permettra la création de 4000 emplois directs. Les secteurs tertiaires et portuaires seraient, eux aussi, les grands gagnants de ce projet avec une diversification des activités.