ExxonMobil vend ses Actifs Pétro-Gaziers du Nouveau-Mexique

par | 24 Mai 2021 | Énergies Fossiles, Gaz Naturel, Pétrole, Stratégie entreprise

ExxonMobil, actionnaire majoritaire des actifs pétro-gaziers du Bassin Permien du Nouveau-Mexique, vend ses actifs à Empire Petroleum. En tout, le géant américain cède 700 puits des champs gaziers et pétroliers EMSU et AGU dans le comté de Lea.


 

ExxonMobil cède 700 puits pétro-gaziers bruts à Empire Petroleum

Empire Petroleum Corporation annonce sa nouvelle acquisition d’actifs dans le comté de Lea dans l’état du Nouveau-Mexique. La transaction concerne notamment les champs pétroliers et gaziers EMSU et AGU, placés dans le Bassin Permien et appartenant à ExxonMobil. Les actifs acquis représentent 700 puits bruts de pétrole et de gaz, qui produisent chaque jour 1100 barils d’équivalent pétrole.

Le fond Energy Evolution Master a soutenu la filiale Empire New Mexico dans cette transaction de $16,25 millions. Les deux sociétés ont convenu d’un taux d’intérêt de 3,8% par an. Empire est déjà en train d’évaluer de potentielles transactions supplémentaires, afin de développer l’ensemble du Bassin.

 

AGU et EMSU : des productions fiables, prévisibles et durables

Les actifs ont été acquis auprès d’ExxonMobil Corporation XTO Holdings. Le groupe possède et gère ces différents champs depuis de nombreuses années. Cela illustre la politique d’Empire Petroleum Corporation, qui tente d’acquérir des actifs dont les productions sont prévisibles et durables.

Par exemple, le champ EMSU a été découvert en 1929, et se développe depuis 1934. Il s’agit ainsi de l’un des plus grands champs d’exploitation des États-Unis. Il est également le 2ème plus grand réservoir de carbonate de la zone.

De plus, les deux champs de l’AGU et de l’EMSU détiennent 23.400 acres potentielles de zones pétrolières résiduelles. Cela laisse espérer de fortes opportunités de croissance à l’échelle de ces deux champs. Grâce à cette acquisition, Empire Petroleum exerce ses activités dans cinq États, représentant un total journalier de 1800 barils équivalents pétrole.