Exxon: les Raffineries toujours Bloquées au Texas

par | 11 Juin 2021 | Stratégie entreprise

Exxon et le syndicat des métallurgistes unis poursuivent leurs discussions concernant un lock-out dans les raffineries du Texas.
Exxon

Exxon et le syndicat des métallurgistes unis poursuivent leurs discussions concernant un lock-out dans les raffineries du Texas. En effet, en raison d’un conflit collectif, l’entreprise a décidé de fermer les sites à ses salariés.


 

Exxon : expiration de contrat pour 650 travailleurs syndiqués

Le lock-out des travailleurs syndiqués de la troisième plus grande raffinerie américaine d’Exxon Mobil se poursuit. Aucune solution n’a été trouvée alors que les négociateurs du syndicat USW et d’Exxon se sont rencontrés jeudi 10 juin. La première fois en six semaines. Les deux parties ont convenu de renouveler leur rencontre la semaine prochaine.

650 employés syndiqués ont, en effet, vu leur contrat de travail expiré au début de l’année. Ils travaillaient dans la raffinerie et l’usine de lubrifiants d’Exxon, à Beaumont au Texas. Cette dernière a une capacité de 369 024 barils par jour.

 

Les craintes d’une grève

Exxon a mis les travailleurs syndiqués en lock-out, invoquant les craintes d’une grève. Le complexe industriel de 11 km² fonctionne actuellement avec des cadres et des travailleurs de remplacement.

 

Les négociations contractuelles entre Exxon et l’USW s’enlisent

Les négociations entre les deux parties se sont bloquées dès le mois d’avril 2021. En effet, Mark Morgan, président des négociations de l’USW, a déclaré que le syndicat avait retiré une proposition antérieure. Elle visait à payer les opérateurs de la salle de contrôle à l’heure plutôt qu’au salaire.

Cela aurait, selon lui, permis à Exxon de réaliser des économies. Une déclaration confirmée par Exxon. L’entreprise considère que cette offre lui permettrait de toujours rester rentable.

 

De nouvelles propositions d’accords

Exxon a demandé des accords séparés pour les travailleurs des raffineries et des lubrifiants. La société propose également l’élimination de certaines parties du système d’ancienneté régissant les affectations de postes. Une proposition refusée par le syndicat.

Ce nouvel accord devrait porter sur 6 ans. Le syndicat n’a proposé aucune augmentation de salaire la première année, les années restantes étant déterminées par des négociations nationales.

Les négociations sont donc encore loin d’aboutir à un nouvel accord qui mettra fin au lock-out. Il faudra attendre encore une semaine pour que les deux parties discutent à nouveau.