Énergies renouvelables: l’Afrique se fraie-t-elle un chemin?

par | 30 Nov 2020 | Politique Énergétique

Les énergies renouvelables, selon Rystad Energy, devraient connaître en Afrique une croissance consécutive. Cette capacité s’élevait à 12,6 gigawatts en 2019. La capacité du continent…

énergies renouvelables en Afrique

Les énergies renouvelables, selon Rystad Energy, devraient connaître en Afrique une croissance consécutive. Cette capacité s’élevait à 12,6 gigawatts en 2019. La capacité du continent devrait atteindre 16,8 GW en 2020, puis 5,5 GW de plus en 2021. Enfin, elle atteindra 51,2 GW en 2025, grâce à la croissance des projets solaires et éoliens en Égypte, en Algérie, en Tunisie, au Maroc et en Éthiopie.


 

Énergies renouvelables : 40 pays africains installent ou vont installer des projets éoliens ou solaires

À l’heure actuelle, l’Afrique du Sud est en tête du continent en termes de capacité installée d’énergie renouvelable. Le pays détient 3,5 GW d’énergie éolienne, 2,4 GW d’énergie solaire, et un pipeline solaire dominant de 1 GW de projets en développement. L’Égypte et le Maroc occupent la deuxième et la troisième place en termes de capacité solaire.

Les acteurs inexpérimentés seront en mesure de tirer parti des leçons apprises en Égypte, en Afrique du Sud et au Maroc. Ils pourront aussi mettre en œuvre ces connaissances dans les plans de développement.

Le Maghreb s’engage

L’Algérie connaîtra une croissance exponentielle vers 2025, passant de seulement 500 mégawatts en 2020 à près de 2,9GW en 2025. L’augmentation proviendra principalement du projet 4 GW Tafouk 1 Mega Solar. Il sera mis au point en cinq phases de capacité de 800 MW chacune. Il fera l’objet d’un appel d’offres entre 2020 et 2024. Rystad Energy prévoit la mise en service de trois des projets faisant l’objet d’un appel d’offres d’une capacité de 2,4 GW d’ici 2050.

La Tunisie connaîtra également une formidable croissance, passant de 350 MW de capacité renouvelable en 2020 à 4,5 GW en 2025. Les ajouts proviendront de plus grandes centrales solaires, comme le mégaprojet 2 GW TuNur. Elle est actuellement aux premières étapes de développement et devrait être mis en service d’ici 2025.

En termes de vitesse, l’Égypte a été l’un des pays africains les plus rapides à installer l’énergie solaire et éolienne depuis 2017. Le pays dispose actuellement d’environ 3 GW de capacité installée. De plus, il dispose d’un énorme pipeline de développement de 9,2 GW. Cette dernière se compose principalement de projets éoliens et permettra à l’Égypte de dépasser l’Afrique du Sud en 2025.

énergies renouvelables - centrale éolienne afrique

La croissance proviendra de grands projets tels que le projet de 2 GW Gulf of Suez Red Sea Wind. Il sera situé près de la mer Rouge. Sur la capacité à installer, 500 MW seront développés par le géant allemand Siemens Gamesa et 1500 MW seront attribués. Quatre des dix principaux projets à développer en Afrique au cours des cinq prochaines années seront en Égypte. Ce qui souligne l’engagement du gouvernement égyptien à l’égard de ses objectifs en matière d’énergies renouvelables.

Le Maroc suit l’Égypte avec 2,5 GW de capacité installée, dominée par 1,7 GW d’énergie éolienne. Rystad Energy s’attend à ce que l’énergie solaire y stimule la croissance, avec une poignée de grands projets déjà en chantier tels que le 1 GW Noor Midelt Hybrid (CSP + Solar PV) et le 400 MW Noor PV II.

L’Afrique subsaharienne entreprend le même objectif

Les chiffres de capacité de l’Éthiopie feront également un bond énorme : le comté ne dispose actuellement que de 11 MW de capacité solaire installée et de près de 450 MW d’énergie éolienne installée, mais devrait disposer de 3 GW de capacité renouvelable en ligne d’ici 2025. Le projet hybride de Tigray stimulera cette augmentation et devrait contribuer à une capacité solaire d’au moins 500 MW d’ici 2025, en supposant une résolution du conflit actuel d’ici là.

Le coût des énergies renouvelables est actuellement à son plus bas niveau. En effet, à mesure que les grands marchés tels que la Chine, l’Inde et l’Europe sont sur la bonne voie pour atteindre les objectifs d’installation, les composants éoliens et solaires deviendront de moins en moins chers. Ainsi, un environnement propice à l’investissement se développera également en Afrique.

 

Des raisons politiques expliquent le retard africain en matière de développement durable

« Le développement sur le continent a toujours été lent en raison de l’instabilité politique, le retard des politiques, des infrastructures et du manque d’approvisionnement. Cependant, à mesure que la demande d’électricité augmente, de nombreux pays africains se tournent vers des solutions renouvelables. Pour atteindre leurs objectifs énergétiques, l’énergie solaire en tant que technologie renouvelable de choix jouera un rôle important », déclare Gaurav Metkar, analyste chez Rystad Energy.

centrale solaire Akuo Mali
Inauguration de la plus grande centrale solaire développée par Akuo Energie et ses partenaires au Mali

La demande d’énergie renouvelable continue de croître. Par conséquent, l’industrie minière est confrontée à un tournant décisif pour devenir un contributeur reconnu et à la transition plus large vers l’énergie propre. L’article de Watson Farley & Williams explique comment l’exploitation minière et l’énergie renouvelable peuvent se combiner pour y parvenir.

 

L’exploitation minière et les énergies renouvelables : un couple étrange

Les mines peuvent être dangereuses pour ceux qui y travaillent et nuire à l’environnement par les émissions de gaz à effet de serre.

Pourtant, l’exploitation minière est essentielle à la croissance des énergies renouvelables. En effet, les technologies vertes dépendent fortement de certains métaux et minéraux.

L’énergie solaire, qui devrait atteindre 8519 GW de capacité mondiale d’ici 2050, repose sur la fourniture d’aluminium, de cuivre et de certains éléments des terres rares (y compris l’indium et le cadmium) pour produire des panneaux photovoltaïques. De même, les éoliennes sont en acier et leur fabrication dépend donc de la production de fer, mais aussi de certains éléments de terres rares tels que le néodyme. Ceux-ci sont nécessaires pour les aimants utilisés à l’intérieur des turbines.

Plus généralement, le cuivre est essentiel à toutes les infrastructures de production d’électricité, ainsi qu’à la technologie des véhicules électriques (VE)

Cependant, les critiques ont souligné à juste titre le conflit dans les résultats de cette affaire. Francis Fannon, secrétaire d’État adjoint du Bureau des ressources énergétiques des États-Unis, considère que c’est « la vérité gênante de la révolution verte ». L’objectif principal du passage aux énergies renouvelables était la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, on voit qu’il y a quelques difficultés à cela.

 

Changement climatique, durabilité et exploitation minière

L’industrie minière est responsable de 4 à 7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. 1 % proviennent des émissions de portée 1 et 2, causées directement par les activités minières ou indirectement par, par exemple, la consommation d’électricité utilisée pour alimenter les mines. Les 3 % à 6 % restants proviennent des émissions fugitives de méthane. Les émissions de portée 3 causées par toutes les autres utilisations indirectes des minéraux extraits sont à leurs tours responsables de 28 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

L’Atlas des risques sectoriels ESG (environnement, société et gouvernance) produit par S&P Global illustre clairement la perception négative du secteur des métaux et des mines. L’exposition de chaque secteur aux risques environnementaux et sociaux est de 1 à 6. 1 étant un risque faible et 6 étant un risque élevé. L’industrie minière et les métaux ont atteint 6 sur 6 sur l’échelle des risques environnementaux et 5 sur 6 sur l’échelle sociale. Ce qui le place au même niveau que l’industrie du pétrole et du gaz, l’industrie la plus dangereuse de celles mesurées dans le rapport.

En d’autres termes,

L’instabilité politique de certains pays africains rend le développement durable bien compliqué. Cependant, l’Afrique est un continent plein de ressources. L’énergie solaire, notamment, devrait rayonner sur ce continent étant donné le climat, mais également les volontés politiques de développement durable. Certains pays les ont ailleurs actées. Ce qui laisse un regain d’espoir aux énergies renouvelables.