ConocoPhillips poursuit ses Projets en Alaska

par | 1 Juin 2021 | Énergies Fossiles, Pétrole

ConocoPhillips poursuit son projet Willow de forage en Alaska enclenché sous l’administration Trump et soutenu par celle de Biden. Le projet à $2 milliards vient en effet de recevoir l’autorisation gouvernementale malgré l’opposition des militants écologistes.


 

ConocoPhillips développe son projet controversé

Le projet Willow devrait produire environ 590 millions de barils de pétrole sur une période de trois décennies. Les plans prévoient jusqu’à cinq sites de forage, deux pistes d’atterrissage, des centaines de kilomètres d’oléoducs, 37 kilomètres de route et une installation de traitement pour préparer le pétrole à l’expédition.

ConocoPhillips prévoit également d’installer des “refroidisseurs” dans le pergélisol afin qu’il reste suffisamment solide pour supporter l’équipement nécessaire au forage du pétrole. En effet, la combustion continuera d’aggraver la fonte des glaces observée en Alaska ces dernières années.

 

Des milliards de dollars promis aux collectivités locales

Les partisans du projet affirment que ConocoPhillips injectera des milliards de dollars dans les collectivités locales au cours de sa durée de vie. Il soutiendra l’économie en difficulté de l’Alaska et réduira la dépendance des États-Unis vis-à-vis du pétrole étranger. Le projet devrait en outre créer plus de 1000 emplois pendant le pic de construction, et plus de 400 emplois permanents.

 

Les militants écologistes s’opposent au projet

Toutefois, le soutien apporté par l’administration Biden au projet de forage pétrolier a suscité des critiques de la part des groupes écologistes. Kristen Miller, directrice par intérim de l’Alaska Wilderness League, a déclaré que la combustion du pétrole produit par le projet Willow émettra environ l’équivalent de ce qui est produit par 66 centrales électriques au charbon. Selon elle, l’infrastructure conduira également à de nouveaux projets pétroliers et gaziers dans la région.

 

Priorisation du réalisme économique

Cette décision intervient après que l’IEA a averti que les gouvernements devaient cesser d’investir dans de nouveaux projets liés aux combustibles fossiles.

Cela contraste également avec la promesse du Président des États-Unis Joe Biden de réduire de moitié les émissions carboniques américaines d’ici à 2030. Il avait indiqué vouloir remplacer les combustibles fossiles par des énergies solaire, éolienne et autres renouvelables. Ainsi que renforcer la protection des terres et des eaux publiques.