Clean Energy Technologies reçoit de Nouvelles Commandes

par | 31 Mai 2021 | Énergie Biomasse

Clean Energy Technologies (CETY) obtient une nouvelle commande pour ses Clean Cycle ORC Waste Heat Generator. Celle-ci arrive à la suite d’une directive européenne visant à favoriser le développement de nouveaux projets d’énergie renouvelable.


 

Clean Energy Technologies déploie sa technologie Clean Cycle

La société américaine CETY vient de recevoir une nouvelle commande pour sa technologie Clean Cycle ORC Waste Heat Generator auprès d’un client européen dont le nom est encore inconnu. Cette technologie produit de l’énergie à partir de chaleur et de biomasse sans émission carbonique et à faible coût.

Avec ce projet, un fabricant européen de panneaux de bois utilisera le Clean Cycle comme une petite centrale électrique. Exploitant la chaleur résiduelle, elle produira de l’électricité pour son propre usage et pour la vendre aux entreprises locales.

 

Une production d’électricité de 800 MWh/an

La directive européenne améliorée en 2018 incite les entreprises locales à récupérer les déchets et produire puis vendre de l’électricité. Or, le nouveau client européen créé de nombreux déchets de bois brûlés dans une chaudière à biomasse. Avec le générateur Clean Cycle, il pourra créer environ 800 MWh/an d’électricité, qu’il pourra vendre en partie à l’entreprise voisine.

 

L’objectif de Clean Energy Technologies : une économie d’énergie et de nouveaux revenus

Kam Mahdi, directeur général de Clean Energy Technologies, souligne une législation européenne avantageuse pour les entreprises et pour l’environnement. Il déclare en ce sens :

« La directive offre aux entreprises des incitations à mettre en œuvre des générateurs de chaleur ». Il affirmera ensuite que le générateur Clean Cycle « offre aux entreprises des économies d’énergie et de nouveaux revenus ».

Kam Mahdi espère « qu’un plus grand nombre d’entreprises de l’UE profitent de la directive sur les énergies renouvelables ». Cela permettrait à Clean Energy Technologies de bénéficier de nouvelles opportunités et de gagner « plus de parts de marché en Europe ».