C.H. Robinson +654% d’Activités dans les EnR

par | 25 Juin 2021 | Stratégie entreprise

C.H. Robinson, l’entreprise de logistique américaine enregistre un pic de 654% de ses activités dans le domaine des énergies renouvelables. Mais l’entreprise se confronte tout de même à cinq défis logistiques.


 

C.H. Robinson : +654% d’activités en trois ans

C.H. Robinson gère la chaîne d’approvisionnement des entreprises du secteur des énergies renouvelables : de la fabrication au transport en passant par l’installation. Au cours des trois dernières années, l’entreprise de logistique a ainsi augmenté de 654% ses activités liées aux énergies renouvelables.

Une telle croissance permet de créer 14000 MW d’énergie. Soit l’équivalent du besoin énergétique d’une ville comme Londres pour quatre mois.

 

Une chaîne d’approvisionnement viable

Depuis l’Accord sur le climat de 2015, les nations s’engagent à réduire les gaz à effet de serre. Progrès technologiques dans les EnR, investissements des services publics, incitations fiscales. D’ici à 2025, les investissements dans le secteur pourraient être multipliés par sept et atteindre 2150 milliards de dollars par an.

Malgré ces efforts, il reste un écart conséquent entre les objectifs de durabilité et la quantité suffisante d’énergie renouvelable pour les atteindre. « Cet écart ne peut être comblé que par une chaîne d’approvisionnement viable » insiste Mike Short, président de C. H. Robinson pour le Global Forwarding.

Une chaîne d’approvisionnement qui, à l’heure de la mondialisation et de la délocalisation, s’étend sur plusieurs continents. Ce, des mines aux usines de fabrication en passant par les endroits les plus reculés de la planète.

 

5 défis logistiques à l’aune de la mondialisation

Pour répondre à la demande mondiale en énergie verte, Robinson doit gérer transport, planification, gestion de projet, expertise douanière, entreposage, etc. Une logistique constamment menacée par des besoins en équipements spéciaux. Que ce soit des pâles d’éoliennes surdimensionnées ou des imprévus comme une pénurie mondiale de conteneur. Mais aussi par un risque d’angles morts empêchant une bonne gestion centralisée.

Si l’on ajoute des délais stricts et des budgets serrés, la tâche s’avère difficile. Une croissance de 654% fait alors sens, car « les entreprises ne peuvent pas se permettre d’avoir des trous noirs dans le processus » assure un expert en EnR de chez Robinson. Au-delà des volontés politiques et des accords financiers, le secteur des énergies renouvelables fonctionne aussi grâce à la logistique de la chaîne d’approvisionnement.