Bateau-Usine: 1er Pas pour le Sénégal

par | 18 Juin 2021 | Gaz Naturel

Un bateau-usine vient d'être reçu au Sénégal. Ce bateau pourra convertir le gaz d'importation liquéfié à l'état gazeux au large des côtes.

Bateau-Usine

Un bateau-usine de regazéification vient d’être reçu pour la première fois au Sénégal. Ce bateau pourra convertir le gaz d’importation liquéfié à l’état gazeux au large des côtes. Ce gaz sera utilisé dans une centrale flottante produisant 15% de l’électricité du pays.


 

Bateau-usine de regazéification : Du GNL pour une centrale électrique

L’unité flottante de stockage et de regazéification est une infrastructure clé pour l’utilisation du GNL. Elle permet, au large, de convertir le GNL en gaz utilisable. Au Sénégal, le gaz est utilisé pour fournir une centrale flottante.

En fonctionnement depuis 2019, cette centrale exploitée par Karpowership, entreprise turque, fournit 15% de l’électricité du pays. Jusqu’à présent, cette centrale était alimentée par la Senelec, l’entreprise sénégalaise énergétique. La Senelec a confirmé que c’était le premier exemplaire en fonctionnement dans le pays.

 

125 000 mètres cubes de capacité

La FSRU mesure 272 mètres de long et aura une capacité de 125 000 mètres cubes. Elle sera reliée à la centrale par gazoduc. Cette technique off-shore est présentée comme plus rapide et moins chère que les installations à terre. L’impact environnemental serait réduit, et l’ensemble bénéficierait d’une plus grande souplesse de fonctionnement.

 

Bateau usine : une solution technologique répandue en Afrique de l’Ouest

La FSRU est construite à Singapour par Karmol, une joint-venture du turc Karpowership et du japonais Mitsui OSK Lines. Karpowership a apporté son savoir faire dans la construction de navires producteurs d’électricité. Elle fournit plus de la moitié de l’électricité de la Gambie, de la Guinée Bissau et de la Sierra Leone.

À lire sur Energynews.fr  La Chine se dote d'un Indice de Prix Spots pour le GNL

La côte ouest-africaine a donc de plus en plus recours à des solutions de ce genre. Elles permettent de réduire l’empreinte écologique des infrastructures gazières. Le GNL est envisagé ici comme un vecteur de transport du gaz naturel.

Le gaz naturel fait office d’énergie de transition. Moins polluant que d’autres sources d’énergie, il permet d’assurer la transition vers des énergies renouvelables. Le développement et l‘acquisition de ces technologies permet donc d’assurer le court et moyen terme de la transition énergétique.