Barrage Hydraulique: La Chine développe ses capacités de manière controversée

par | 24 Déc 2020 | Énergie Hydraulique

Des barrages hydrauliques sont actuellement en réflexion sur le territoire chinois afin accélérer sa transition énergétique. L’État pourrait notamment construire jusqu’à 60 gigawatts de capacité…
Le-mega-barrage-sur-le-Mekong-qui-menace-60-millions-d-habitants-121e496f

Des barrages hydrauliques sont actuellement en réflexion sur le territoire chinois afin accélérer sa transition énergétique. L’État pourrait notamment construire jusqu’à 60 gigawatts de capacité hydroélectrique sur une partie du fleuve Brahmapoutre, connu sous le nom de Yarlung Tsangbo. Ce projet s’inscrit dans la liste des recommandations politiques du “plan quinquennal” de 2021-2025 pris par le Parti Communiste Chinois.


 

Des barrages hydrauliques pour garantir la neutralité carbone du pays

Selon Reuters le président de la société publique power construction corporation of China, Yan Zhiyong, a qualifié ce projet “d’opportunité historique”. Cette démarche permettra de sécuriser l’approvisionnement en eau et de répondre au projet de neutralité carbone en 2050 de la Chine, selon China Energy News. La Chine qui possède une capacité hydraulique de 350 gigawatts, pense pouvoir doubler ses ressources à moyen terme.

Les barrages hydrauliques chinois battent des records

La centrale de Wudongde a d’ailleurs établit un record face au test de court-circuit. Ce dernier, situé entre les provinces de Sichuan et de Yunnan en aval de la rivière Jinsha, a atteint une tension maximale de 800 kV. Ce test permet de tester des scénarios où la centrale rentrerait une courte rupture dû au tonnerre par exemple. Pour ce projet, une vanne de conversion développée par China Southern Power Grid a été utilisée.

Grâce à ce premier test au monde effectué en courant continu flexible, cette station qui entrera en service à la fin de l’année est promise à un grand avenir. En effet, elle produira 3,3 millions de kW d’énergies transférées aux provinces de Guangdong, de Guangxi Zhuang et de Guangdong-Hong Kong-Macao.

 

 

Un projet fortement critiqué

Le fleuve qui devrait accueillir le nouveau barrage hydraulique prend sa source au Tibet pour aller vers l’Inde et le Bangladesh.  Cette réalité géographique a engendré de nombreuses contestations de la part des défenseurs des droits tibétains. En effet, ce projet pourrait être développé en aval, garantissant une protection des droits des peuples dans la région.

Cependant, Yan Zhiyong a déclaré que ce projet contribuerait au développement des énergies renouvelables au Tibet et à la coopération entre les pays d’Asie du Sud grâce à la création de routes et de réseaux électriques.

Une catastrophe environnementale ?

Les groupes environnementaux mettent également en avant la saturation des rivières chinoises due à une augmentation des barrages hydrauliques sur le territoire. Ces dernières années sont notamment apparues le barrage des Trois Gorges et d’autres constructions hydrauliques sur le fleuve Yangtsé. Une étude américaine a par ailleurs démontrée l’aggravation de la sécheresse sur ces territoires directement causé par ces structures.

Cependant, selon Frank Yu, analyste de Wood Mackenzie, la Chine doit continuer sur cette voie pour atteindre son objectif de neutralité carbone fixé en septembre par Xi Jimping. D’ici 2060 le pays devra d’ailleurs développer 250 GW de nouvelle capacité hydraulique.

 

 

La Chine si elle poursuit ses projets de barrages hydrauliques pourrait potentiellement garantir une transition énergétique au prix d’un impact environnemental important.