Akuo met en route 3 Parcs Éoliens en Pologne

par | 14 Oct 2021 | Énergie Éolienne

Akuo et Mirova comptent s'implanter dans le paysage renouvelable polonais, aidés en cela par les mesures de transition énergétique engagées par la Pologne.

akuo

Akuo inaugure ses trois centrales éoliennes de Wielowies en Pologne. Un succès pour le développeur indépendant français et son investisseur associé Mirova qui comptent s’implanter durablement en Pologne.


 

Akuo inaugure ses 3 centrales polonaises

En 2018, l’entreprise française s’est associée à l’investisseur Mirova, filiale de Natixis pour l’appel d’offres de projets éoliens polonais de Wielowies. Avec une capacité de 132 MW, ces centrales devraient fournir près de 200.000 logements en électricité verte. Elles participent ainsi à une réduction des émissions de carbone du pays de près de 300.000 tonnes.

Souvent considéré comme le mauvais élève de la transition énergétique, la Pologne représentait en 2020 le deuxième consommateur de charbon en Europe derrière l’Allemagne. Mais le gouvernement s’est récemment engagé à vouloir sortir totalement du charbon. Varsovie a ainsi planifié la fermeture de 13 mines de charbon d’ici à 2049. En parallèle, le pays prévoit l’augmentation de la part des renouvelables à 27% de son mix énergétique d’ici à 2040.

 

Renforcer sa présence sur le marché

Fort de ce contexte favorable en Pologne et de leur récent succès, Akuo et Minerva ont affirmé vouloir renforcer leur implication dans la transition énergétique polonaise. L’ambassadeur de France à Varsovie a déjà annoncé que d’autres projets similaires étaient en préparation.

L’entreprise française revendique un chiffre d’affaires de €285 millions en 2020 et une production de 1,2 GW dans une quinzaine de pays. Elle espère doubler sa capacité à moyen terme. Une conviction renforcée par son partenariat avec Mirova qui représente près de €23,6 milliards d’investissement dans le secteur du renouvelable.

Il faudra néanmoins rester vigilant quant au respect des engagements polonais au vu de la crise actuelle du gaz. Elle pourrait en effet contraindre Varsovie de retarder l’abandon progressif du charbon.